int(2433) 2433int(2133) 2133

La prise en charge de l’enfant en officine

L’allaitement et les laits infantiles

En matière d’allaitement, les pharmacies ont développé des rayons dédiés à l’accompagnement de la jeune maman dans cette entreprise : tire lait, coussin d’allaitement, mais aussi certains produits de micronutrition ou encore crème pour prendre soin de sa poitrine.
Pour les laits infantiles, difficile de s’y retrouver tant l’offre est large. Tout d’abord, il est intéressant pour les mamans de demander l’avis du pédiatre, mais en tant que pharmacien vous pouvez également la guider. À condition, de bien connaître soi-même les différences qui peuvent exister entre les laits. Certains seront plus indiqués que d’autres si apparaissent des cas de régurgitations, allergies, terrain atopique ou certaines gastro-entérites, … D’autres effets indésirables pourraient également être combattus en choisissant un lait adapté contenant des prébiotiques et probiotiques : la constipation, les coliques et/ou ballonnements …

Prise en charge du bébé : alimentation et dermatologie

Plusieurs volets sont à connaître pour une bonne prise en charge du bébé en officine. Au niveau de l’alimentation : allaitement, laits infantiles, diversification alimentaire et troubles associés (allergies, intolérances, …) sont à maîtriser. Au niveau dermatologique, vous allez rencontrer fréquemment des cas de : dermatites atopiques, érythèmes fessiers, dartres ou croûtes de lait. Quels conseils associés à une ordonnance et comment prévenir ces pathologies ?

Pathologies infantiles : comment traiter la fièvre ?

Les maladies infantiles sont souvent accompagnées de fièvre, on pense ici notamment : à la varicelle, à la roséole, à la rougeole, à la rubéole, au syndrome pied-main-bouche ou encore aux oreillons, à la bronchiolite ou à la coqueluche. On parle de fièvre quand la température est supérieure à 38°C. Si elle est bien supportée et si l’enfant a plus de 3 mois, il n’est pas toujours nécessaire de la traiter. En revanche, si elle est mal supportée et excède 2 jours, il convient d’adopter certaines conduites telles que : ne pas trop couvrir l’enfant, ne pas surchauffer les pièces où il séjourne, bien le réhydrater et ne pas donner de bain à une température inférieure à 2°C en dessous à la sienne. Des conseils que vous pouvez rappeler au comptoir. Côté médicaments, les antipyrétiques que l’on peut donner à un enfant, diffèrent selon son âge et les pathologies rencontrées, les doses et recommandations varient également. Par exemple, on évitera de donner des anti-inflammatoires non stéroïdiens à un enfant atteint de varicelle. Pour une prise sans risque, il est primordial pour le médecin ou le pharmacien, de bien informer les parents sur les recommandations et risques d’une mauvaise utilisation de ces médicaments.

Vaccination

Le calendrier vaccinal est l’ensemble des recommandations, faites par le ministre de la Santé après avis du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), en termes de vaccinations, conditions d’immunisation, selon l’âge, les conditions spéciales ou l’exposition professionnelle. Chez l’enfant, certaines maladies infantiles peuvent être évitées par la vaccination. À l’heure où 11 vaccins devraient devenir obligatoires entre 0 et 2 ans, et que la question est au cœur des débats, savoir rassurer et informer les parents sur la balance bénéfice/risque est primordial.

Voir notre catalogue