22
Mai

La journée mondiale de l’obésité

2,8 millions de personnes meurent chaque année en raison d’un problème de surpoids ou d’obésité. La journée mondiale de lutte contre l’obésité se tiendra le jeudi 23 mai 2019. Cette journée a été choisie pour rappeler la gravité de cette maladie. Mais aussi pour prévenir des risques, qui peuvent être graves pour la santé.

Pourquoi cette journée ?

Lancée en 2015, la journée mondiale de lutte contre l’obésité a été mise en place pour sensibiliser et informer la population. En effet, cette maladie pourrait atteindre des proportions pandémiques. Cette journée propose de stimuler et de soutenir les actions concrètes permettant d’aider les individus à atteindre et maintenir un poids de santé.

Rappel sur l’obésité

L’obésité a été déclarée par l’Organisation Mondiale de la Santé -OMS- comme une maladie chronique depuis 1997. Elle est définie comme une accumulation anormale ou excessive de masse graisseuse chez un individu, pouvant nuire à sa santé. Le surpoids et l’obésité sont définis à partir de l’indice de masse corporelle (ou IMC). La constitution physique, l’âge, le sexe constituent également des facteurs à prendre en considération.

Les principales causes

Les causes de cette maladie sont multiples et complexes, mais sont généralement liées à :

  • Des facteurs comportementaux : la consommation excessive d’aliments gras, de sucres, de boissons alcoolisées et de féculents, la sédentarité…
  • Des facteurs psychologiques : le stress, la dépression, un traumatisme, l’anxiété…
  • Une prédisposition génétique, dans la minorité des cas.

 

Le surpoids et l’obésité constituent d’importants facteurs de risque de plusieurs maladies chroniques, dont le diabète, les maladies cardiovasculaires, l’hypertension artérielle, les problèmes respiratoires, incluant l’apnée du sommeil, les troubles musculo-squelettiques et le cancer.

Des risques que vos patients peuvent éviter avec un accompagnement sur mesure.

Prendre en charge le surpoids en pharmacie

Dans les cas de carences en micronutriments, de mauvaises habitudes alimentaires, de troubles métaboliques et digestifs, vous pouvez accompagner vos patients au comptoir en délivrant des conseils nutritionnels et micronutritionnels ou de produits « minceur ». La prise en charge doit être spécifique à chaque individu, et donc être individualisée.

Quelques exemples de conseils nutritionnels

  • Consommer des fibres (20 à 25 g/jr). Les fruits, les légumes, les légumineuses ainsi que les céréales complètes sont des aliments riches en fibres. Les fibres favorisent le transit intestinal et sont des protecteurs cardiaques permettant de réduire le taux de cholestérol et de triglycérides.
  • Privilégier les aliments de faible densité énergétique (fruits, légumes, légumineuses, volailles, poissons, etc.) et limiter les aliments ayant une forte densité énergétique pauvres en micronutriments (confiseries, viennoiseries, pâtisseries, charcuteries, etc.)

Quelques conseils micronutritionnels

  • L’obésité est considérée comme un état inflammatoire chronique. Pensez aux oméga 3 aux vertus anti-inflammatoires qui permettent de lutter contre cet état. On les retrouve dans les huiles (de colza, de soja, de noix et de lin) et les poissons gras (saumon, thon, maquereau, etc.).
  • En complément de l’alimentation, l’apport de probiotiques aura pour objectif de restaurer les propriétés de la flore intestinale afin de faciliter la digestion et le transit.
  • Selon les cas, la tyrosine et le tryptophane pourront aussi être indiqués dans le cadre d’une perte de poids, pour booster la motivation ou freiner les pulsions alimentaires mais également pour agir sur le centre de la satiété.

 

Pour apprendre à dispenser une multitude de conseils pour accompagner vos patients dans leur perte du poids, découvrez notre formation Prise en charge du surpoids.