ingénierie pédagogique
11
Sep

Laurène Harache, responsable du Pôle Ingénierie Pédagogique chez Gayet-Métois Formation

Laurène Harache est arrivée chez Gayet-Métois Formation l’année dernière. Diplômée en Psychologie du travail spécialité ingénierie psychosociale et cognitive, elle est rapidement devenue responsable du Pôle Ingénierie Pédagogique. Elle nous parle de son expérience dans son domaine et de son poste de chef de projet e-learning.

Qu’est-ce que l’Ingénierie Pédagogique ?

L’Ingénierie Pédagogique correspond à la prise en compte du facteur humain dès la conception d’une formation. L’idée est de faire un module le plus interactif possible afin de garantir un meilleur transfert des apprentissages, de pouvoir transformer les connaissances en compétences et d’opérationnaliser sur le terrain l’apprentissage. Prenons l’exemple du e-learning, pour optimiser l’enseignement, il faut en amont se demander quels seraient les freins humains à un bon apprentissage, tels que la technologie ou l’auto-motivation.

Quelles sont les missions du Pôle Ingénierie Pédagogique ?

J’ai deux grandes missions principales, la formation à distance et la digitalisation des formations présentielles. À ce jour, je suis chef de projet e-learning, je m’occupe donc de tout ce qui est conception pédagogique, création de synopsis et de storyboards, qui sont les étapes de fabrication d’une formation en e-learning.
J’ai confié la digitalisation à une personne ayant le même profil que moi, qui va se concentrer sur l’intégration d’un outil digital au sein des formations présentielles. L’idée est d’augmenter la qualité et l’attractivité de nos formations. Cet outil devrait également nous permettre d’avoir un meilleur contrôle et un meilleur suivi de la connaissance de l’apprenant.

Quel est votre parcours professionnel ?

Mon parcours est assez atypique. J’ai fait de nombreux stages dans un grand groupe du BTP où j’ai pu occuper un poste dans le service de prévention des risques professionnels. J’y ai mené une mission organisationnelle dont le but était de développer un management participatif, en augmentant l’implication des personnes sur le terrain, dans l’acte décisionnel.
J’étais partie pour continuer dans cette voie, mais la rencontre avec la société Gayet-Métois Formation, m’a fait changer de voie. J’ai découvert le monde de la formation et ce domaine m’a tout de suite plu. J’ai commencé à travailler sur un module de formation e-learning. C’est comme cela que je suis arrivée chef de projet e-learning. On est une PME mais la direction sait se renouveler, investir sur les projets qu’on lui propose.

Quels sont les objectifs de votre travail ?

Je suis au cœur de la gestion de projet, donc ma problématique à ce jour est de suivre tous les éléments du projet. Le e-learning demande de nombreuses étapes, telles que la conception, la création d’un synopsis, puis d’un storyboard, la structuration des idées… Je dois vulgariser et transformer en module e-learning le contenu des formations que l’on dispense en présentiel, de la partie pratique, à la partie scientifique, tout cela en respectant impérativement un rétroplanning précis pour que les projets aboutissent dans les bons délais.

Parlez-nous des projets à venir ?

On commence tout juste la digitalisation. L’objectif pour janvier est de digitaliser trois formations, dont la micronutrition, puis l’ensemble des formations fin 2019. On aimerait internaliser toutes les étapes de cette digitalisation pour gagner en rapidité et minimiser les coûts. On souhaite également se concentrer sur le e-learning afin d’être très productifs et de permettre la sortie d’une formation en e-learning chaque mois.