Philippe Le Gall
21
Sep

Rencontre avec l’artiste peintre Philippe Le Gall

Une exposition de peinture chez Gayet-Métois Formation ? Cela se passe à Rennes, dans notre salon d’accueil, à partir du mois de septembre 2018 et jusqu’au mois de juin 2019.

Philippe LE GALL se passionne très tôt pour le dessin puis pour la peinture. En 1975, ses œuvres ont été exposées dans différents pays : France, Portugal, États-Unis, et  Japon pendant près de 15 ans. En 1990, il retourne en Bretagne où il continue d’exposer et propose également des stages pour partager sa passion. Son art, il le vit comme un acte militant.

Pourriez-vous présenter le peintre que vous êtes aujourd’hui, en quelques mots?

P.L: Un peintre toujours à la recherche d’inspiration, de vibrations, d’un souffle créateur.

Vous avez forgé votre parcours artistique à l’Académie des beaux-arts de Valenciennes. Pourquoi s’être orienté vers la peinture plutôt que vers un autre mode d’expression?

P.L : En 1967, j’étais parti pour devenir architecte. Très vite, le dessin est devenu une passion, au point de ne vouloir plus faire que ça. J’ai donc abandonné les ateliers d’architecture. J’ai obtenu le CAFAS en 1970. Je suis ensuite parti à Paris, où j’ai obtenu en 19711 le diplôme National Supérieur des Beaux-arts de Paris.

Qu’est-ce qui, de façon générale, influence votre peinture?

P.L : C’est au départ une émotion qui déclenche le travail. Toute la difficulté est de faire durer cet état, jusqu’à l’achèvement du dessin. Francis BACON, GIACOMETTI, PICASSO, ont été des sources d’inspiration inépuisables et inépuisées. Sans oublier les œuvres de MICHEL ANGE, qui culminent pour moi au-dessus de tout.

Comment définiriez-vous votre travail artistique?

P.L : Par une succession de périodes, liées à ce que je traversais dans l’existence. C’est toujours l’état intérieur qui amorce le travail.

Quelle est votre actualité artistique ? Quels sont vos projets artistiques?

P.L : Je donne des cours de dessin aux adultes, les faisant successivement travailler sur des paysages, des natures mortes, des reproductions et des modèles vivants. Je travaille également sur un projet qui s’appelle « AMAZONE », qui s’illustrera d’une succession de toiles de portraits de femmes.

Quelle est la ligne directrice des tableaux exposés?

P.L : C’est une succession de portraits, peints récemment. L’humain en est la ligne directive.

Anne GAYET-MÉTOIS, d’où vous est venue l’idée d’une exposition?

A.G.M : Nous avons refait entièrement le hall d’accueil des stagiaires, il y a 1 an. La dimension de cet espace m’a tout de suite donné l’idée d’organiser des expositions d’art. C’est l’année dernière, lors d’un vernissage des œuvres de Philippe LE GALL, que j’ai fait sa connaissance. Les tableaux exposés cette année proviennent de cette exposition et seront là jusqu’à juin 2019. Cette première est l’occasion de donner de l’animation à ce salon que nous souhaitons chaleureux et vivant. Elle sera suivie de nouvelles expositions de peinture ou peut-être même de sculpture…

Peut-on acheter les œuvres?

A.G.M: Oui, bien sûr. Des catalogues de l’exposition ont été créés par notre service communication et marketing et seront donc mis à la disposition de nos stagiaires, avec les références de chaque œuvre, ainsi que leur prix. Bien entendu, il va de soi que l’intégralité de la somme des ventes sera reversée à Philippe LE GALL.