télémédecine
04
Sep

La télémédecine, pourquoi se lancer ?

60% des Français sont favorables à la télémédecine. Les déserts médicaux sont une réalité et la disponibilité des médecins généralistes et spécialistes diminue. La télémédecine permet aux patients d’être accueillis dans l’officine dans un espace dédié et de profiter d’une consultation à distance avec un professionnel de santé. Quel rôle pour le pharmacien ? Quel intérêt pour la pharmacie et quelles questions se poser avant de se lancer ? 

La télémédecine en bref

Expérimentée depuis janvier 2014, la télémédecine a été créée pour lutter contre les déserts médicaux. L’Avenant 15 de la convention pharmaceutique signée en décembre 2018 permet d’apporter une solution à cette problématique.
Ainsi, la télémédecine, via une communication vidéo, donne la possibilité de consulter un médecin à distance, avec un accès facile et sans prise de rendez-vous.

Quel rôle et intérêt pour le pharmacien ?

Le rôle du pharmacien est d’accompagner le patient dans cette consultation. Il réalise les gestes nécessaires à la prise en charge du malade, que le médecin ne peut faire à distance. L’officine est déjà un point de proximité et le premier interlocuteur de santé des Français. L’investissement dans un projet de télémédecine peut réellement confirmer la place du pharmacien comme maillon incontournable de la chaîne de santé.
Vous allez attirer des personnes qui ne viennent peut-être pas habituellement dans votre officine, mais qui vont se déplacer pour ce nouveau service que vous proposez. Et bien évidemment, elles se feront délivrer chez vous les médicaments prescrits lors de la téléconsultation.

Quelles questions se poser avant de se lancer ?

Est-ce que les personnes qui fréquentent mon officine ou qui habitent à proximité ont ce besoin de télémédecine ?
Est-ce que je suis en mesure de remplir ces conditions :
  • Disposer d’un espace permettant de préserver la confidentialité des échanges lors d’une téléconsultation
  • Avoir des équipements nécessaires à la vidéotransmission, à la bonne installation des patients et à la réalisation de certains actes pour un éventuel examen clinique (tensiomètre, oxymètre, stéthoscope et otoscope connectés) ;
  • Respecter le parcours de soins dans la prise en charge
Enfin, Faites une étude des différentes offres qui existent sur le marché (équipements et logiciels) pour trouver celle qui vous correspond le mieux. Le Quotidien du Pharmacien du 23 mai a proposé à ce sujet un comparatif de quelques solutions à découvrir ici (réservé aux abonnés).