20
Sep

Maladie d’Alzheimer : quel rôle pour le pharmacien d’officine ?

C’est la maladie la plus crainte par les Français après le cancer. À l’occasion de la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, nous vous livrons des conseils pour jouer pleinement votre rôle de pharmacien dans la prise en charge de vos patients. 1,2 millions de personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer en France (1) et ce chiffre devrait atteindre 2,2 millions en 2050 (2). Voici tout ce qui peut être fait à l’officine pour soutenir les personnes atteintes d’Alzheimer ainsi que leurs aidants.

Participer activement à cette journée pour mettre en lumière la maladie d’Alzheimer

Chaque 21 septembre, les malades, les aidants et les bénévoles font entendre leurs voix pour se battre ensemble et mieux vivre avec la maladie. En 2021, le thème « Un événement qui nous rassemble, un geste qui nous ressemble ! » a été retenu.  Une journée pour sensibiliser et faire connaître les besoins des associations mais aussi de la recherche, pour lutter, chaque jour un peu plus, contre la maladie d’Alzheimer. Différentes actions seront menées partout en France, parmi lesquelles des « arbres à souhaits » au cœur des villes. L’idée est d’inclure toutes les générations, pour écrire des vœux ou adresser des messages sur des petites cartes qui seront suspendues. L’objectif étant de susciter des discussions, de partager autour de la maladie et des initiatives faites à destination des malades et des familles.

Alzheimer : bien connaître la maladie et ses symptômes

La maladie d’Alzheimer, qu’est-ce que c’est ? Du nom du psychiatre allemand qui l’a découverte, cette maladie neurovégétative, est caractérisée par deux types de lésions cérébrales : les dépôts extracellulaires de plaques amyloïdes et les dépôts intracellulaires de protéines tau. Ces lésions se traduisent par des troubles de la mémoire mais pas seulement ! Les symptômes évoluent dans le temps et peuvent prendre la forme de troubles du langage, de difficulté à effectuer certains gestes, de désorientation, de l’impossibilité de reconnaître des objets ou des personnes… Connaître les signes qui doivent alerter peut vous permettre d’inviter une personne à consulter pour envisager un diagnostic.

Une place de choix pour le pharmacien dans la prise en charge pluridisciplinaire

Quels sont les traitements indiqués dans le cas d’une maladie d’Alzheimer ? Plusieurs familles de médicaments peuvent être prescrites en fonction des évaluations réalisées lors du diagnostic ou des réévaluations au cours de la maladie : les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase, les antagonistes des récepteurs NMDA. Ces médicaments ne sont plus pris en charge depuis quelques années déjà, aussi la prise en charge de la maladie d’Alzheimer n’est pas exclusivement médicamenteuse. De nombreuses activités peuvent améliorer le quotidien des malades et les relations avec leur entourage. On pense ici à des ateliers encadrés par des professionnels tels que la médiation artistique, la médiation cognitive, l’activité physique adaptée, mais aussi des thérapies assistées d’animaux… Tout ce qui peut permettre à la personne de mieux se sentir, en régulant les émotions et en favorisant la communication parfois difficile.

Selon le stade de la maladie, différentes prises en charge peuvent également devenir nécessaires ou être proposées, parmi lesquelles l’orthophonie, la kinésithérapie, des ateliers spécifiques en hôpital de jour, un service d’aide et/ou de soins à domicile, des séances de réhabilitation et d’accompagnement au domicile, l’hospitalisation à domicile ou l’accueil en Ehpad, …

Le pharmacien est une fois de plus au cœur de la chaîne d’acteurs de santé. En officine, votre patientèle est en très forte proportion touchée, soit directement, soit au sein de sa famille, par la maladie d’Alzheimer.

À ce titre, votre rôle est bien d’écouter, de prévenir, de rassurer, d’orienter et de soutenir les malades et les aidants. Comment ?

La prévention

Le risque héréditaire est extrêmement faible et n’est constaté que dans des formes rares de la maladie. Plusieurs facteurs de prévention tendraient à diminuer le risque de développer une maladie d’Alzheimer et vous pouvez les promouvoir. L’avantage c’est qu’ils sont valables pour bon nombre de maladies : manger équilibré selon les recommandations nutritionnelles, pratiquer un exercice physique régulier et stimuler ses facultés cognitives en pratiquant des activités stimulantes intellectuellement. Diminuer les risques cardiovasculaires permettrait également de retarder les lésions sur le cerveau : on évite le tabac, l’alcool, on surveille son hypertension ou son diabète. La prise de certains médicaments comme les psychotropes ou les anticholinergiques doit être éliminer ou diminuer dans la mesure du possible.

Conseiller, accompagner, soutenir

Au démarrage de la maladie, vous allez peut-être être confronté au malade lui-même ou à un de ses proches qui s’interroge sur les symptômes présentés, sans que la maladie ne soit diagnostiquée. La HAS dans ses recommandations sur l’accompagnement et le soutien au moment du diagnostic préconise qu’« un échange d’information avec le pharmacien du patient est à encourager. » Puis, par la suite, elle préconise « une information par le pharmacien lors de la délivrance du traitement » qui permet d’accompagner et conseiller le patient au cours de l’évolution de sa maladie. Elle permet également d’échanger avec les aidants et de les soutenir.

Soutenir les aidants

Le conjoint, la famille, les proches sont en première ligne. Ils peuvent se sentir coupables, fatigués, déprimés. Leur propre équilibre et leur santé doivent être surveillés et préservés. N’hésitez pas à les questionner, à les inviter à consulter si besoin et à les rediriger vers les nombreuses associations d’aide aux malades et aux familles. Une formation pour mieux comprendre et savoir comment agir et faciliter le quotidien peut leur être proposée.

Que ce soit pour vous ou pour aiguiller des patients ou des aidants, le site francealzheimer (https://www.francealzheimer.org/) est une source inépuisable d’informations et de conseils. Vous y retrouverez les contacts des associations, les actions partout en France et  les dernières nouveautés en matière de recherche. Et on peut dire que même si l’on ne connaît pas encore les causes précises de la maladie, la prise en charge des patients s’est améliorée de manière significative !

Maladie d’Alzheimer : où en est la recherche ?

Aujourd’hui, on ne guérit pas de la maladie d’Alzheimer, on tente de réduire l’évolution. Les chercheurs s’intéressent notamment à diminuer les lésions neuropathologiques cérébrales grâce à l’immunothérapie et à éliminer le peptide bêta amyloïde et la protéine Tau. Et c’est justement l’espoir qu’un laboratoire américain fait naître, en commercialisant depuis juin 2021, un traitement à base d’aducanumab, qui réduirait les dépôts amyloïdes et ainsi les symptômes. Ce traitement doit encore faire la preuve de son efficacité à grande échelle et être autorisé en Europe et en France.

D’autres pistes s’intéressent à améliorer les diagnostics précoces et/ou à déterminer les causes de la survenue de la maladie.

Se former pour jouer pleinement son rôle

SI vous vous sentez à l’aise pour accompagner vos patients, ce n’est peut-être pas le cas de toute votre équipe. Et si vous n’avez pas le temps de former votre équipe ou si vous ressentez vous-même le besoin de remettre à jour vos connaissances, nous avons mis au point une toute nouvelle formation dédiée aux maladies neurodégénératives et auto-immunes, intitulée Sclérose en plaques, Parkinson et Alzheimer.

Une journée pour découvrir l’évolution et les spécificités des traitements de ces 3 maladies dont Alzheimer. Les activités interactives et ludiques viennent optimiser votre mémorisation. Nous abordons la physiopathologie, l’évolution de ces maladies, les facteurs de risque, la prévention et les stratégies thérapeutiques. Enfin, nous faisons le point sur les recherches actuelles et les nouvelles thérapeutiques de demain. À l’issue de cette formation vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas jouer pleinement votre rôle au cœur de la prise en charge de la maladie d’Alzheimer !

> Retrouver toutes nos dates de formations

(1) source : Santé publique France 2019

(2) source : Alzheimer Europe, Yearbook 2019