La médecine naturelle interview
20
Nov

Les médecines naturelles : le point de vue de David Brousseau

David Brousseau est formateur chez Gayet-Métois Formation depuis 2017. Il est spécialisé dans les formations sur les « médecines naturelles » Aromathérapie, Phytothérapie mais aussi Micronutrition et Conseil associé en OTC et médecines naturelles. Nous lui avons posé quelques questions.

Quel est votre parcours professionnel ?

D.B : Préparateur en pharmacie depuis 2002, j’ai commencé à travailler pour la pharmacie du Petit Chantilly à Orvault.
Le domaine des médecines naturelles m’a toujours fortement attiré et c’est pourquoi j’ai commencé à suivre de nombreuses formations dans ces domaines, jusqu’à obtenir un D.U en phytothérapie/aromathérapie et en micronutrition.
En 2013, j’ai créé mon cabinet de naturopathe sur Châteaubriant, tout en rejoignant 2 jours par semaine l’équipe d’Anne de la Brestesche, titulaire de la Pharmacie de la Bretesche à Missillac (44).
Ma mission : développer le rayon « médecines naturelles ». La pharmacie, à l’époque cherchait à se différencier, en offrant de nouveaux domaines à sa clientèle.

J’ai formé toute l’équipe, dynamisé l’offre en référençant de nouveaux laboratoires, travaillé un merchandising efficace. Nous sommes devenus en moins de 2 ans, le 2ème point de vente de la région et avons vu affluer chaque semaine de nouveaux clients. Le bouche à oreille a vraiment bien fonctionné, et c’est là que je me suis rendu compte de l’engouement des Français pour les plantes et la micronutrition.
En mars 2017, J’ai rencontré Anne Gayet-Métois , mon parcours l’a séduite et elle m’a proposé un poste de formateur.
Qu’est-ce qui vous intéresse dans le métier de formateur ?

Partager, échanger sur ma passion des médecines naturelles. Il est très intéressant de prouver l’efficacité de l’arsenal thérapeutique, en citant en exemple mon expérience concernant les centaines de patients que j’ai rencontrés ces dernières années.
Apporter aux participants toutes les connaissances nécessaires, pour ensuite, de retour à l’officine qu’ils soient capables de conseiller une clientèle de plus en plus informée sur un domaine qui ne cesse de se développer.

Comment se déroule l’élaboration de vos formations chez Gayet-Métois Formation?

D.B : Le travail que nous menons avec le service ingénierie pédagogique est primordial.
Travailler sur une pédagogie efficace, élaborer des contenus de formations en mesurant l’impact que l’enseignement aura sur les participants est vraiment quelque chose de passionnant.

Nous allons dès début 2019 digitaliser les formations phytothérapie et aromathérapie, c’est-à-dire que les stagiaires auront à disposition durant certains moments de la journée des tablettes, cette nouvelle pédagogie optimise l’interaction et permet d’ancrer davantage les apprentissages.

Les médecines naturelles sont-elles un effet de mode ?

D.B : Non, se soigner par les plantes existe depuis la nuit des temps, mais il est vrai que les différents scandales sanitaires concernant des médicaments, contribue, de manière incontestable, à rechercher des traitements naturels.
Les esprits changent puisque le manger « bio », est de plus en plus répandu.

Les Français découvrent et comprennent que la phytothérapie, l’aromathérapie et la micronutrition ont des vertus médicales incontestables, validées par des études cliniques.
Ce n’est pas parce que ces produits sont naturels qu’il n’y a aucun risque. Ils ne sont cependant pas dangereux, à condition de connaître les contours de sécurité, d’où la nécessité absolue de se former.

Peut-on tout soigner ?

D.B : Non, bien sûr. Les maladies graves sont aujourd’hui compliquées à gérer avec les médecines naturelles. En revanche, nous pouvons prendre en charge 90% des personnes qui viennent nous voir à la pharmacie pour un conseil.